Ce que la Presse dit de "Créer le réel"


"La seule définition raisonnable
que l'on puisse donner de l'hypnose
est celle proposée par Thierry Melchior.
"

François Roustang
Il suffit d'un geste
Éd. Odile Jacob, 2003
p. 217.
(Roustang poursuit par une discussion très serrée de ce qu'implique une telle définition).

Ce que la Presse dit de "Créer le réel"

"Le Monde de l'Hypnose", mai 1998 "Les livres du jour"Créer le réel

Thierry Melchior est psychologue, hypnothérapeute et philosophe. Cette triple appartenance explique la particularité de son ouvrage. Ecrire un livre sur l'hypnose devient difficile et, s'il ne trouve pas un angle nouveau, l'auteur risque de répéter des notions maintes fois publiées et connues de tous. Ces notions universelles sur l'hypnothérapie, la transe, l'induction, les phénomènes hypnotiques, nous les trouvons, bien sûr, dans le texte de Melchior et, dans cet océan d'informations, nous saluons particulièrement la dizaine de pages, originales, consacrées à l'histoire de Milton Erickson.
Mais nous avons trouvé aussi des chapitres, empreints de la forte personnalité de l'auteur, d'un grand intérêt pour ceux qui réfléchissent au problème de l'influence de l'imaginaire sur la réalité, à son action pathogène, à son utilisation dans la thérapie hypnotique. Les pages écrites par Thierry Melchior sur les rapports entre réalité, imaginaire et langage sont authentiques et passionnantes. Il nous pousse à la réflexion et fait remarquer fort justement que "la thérapie n'est rien d'autres que la restitution à l'imaginaire du pouvoir de modifier partiellement l'imaginaire rigidifié, réifié, que nous tenons pour réel".
Notre affinité pour les philososphies extrêmes-orientales, nous fait apprécier la notion de continuum entre imaginaire et réel qui fait éclater la théorie opposant classiquement ces deux concepts. Pour Melchior, cette notion débouche sur des possibilités de thérapie "en douceur", faisant évoluer le patient sur l'échelle reliant réel et imaginaire et lui permettant, comme le dit le titre de son livre, de "créer son réel", en puisant dans son imaginaire.
Melchior aborde , en fin d'ouvrage, la dimension "manipulatoire" de l'hypnose. Les quatre pages consacrées à ce sujet d'éthique sont parmi les plus fortes de ce livre, l'auteur concluant fort justement que "la thérapie est et restera toujours, inévitablement, fondamentalement, une relation d'influence, et que sa qualité dépendra avant tout de la qualité humaine du thérapeute".
Au total, un livre alliant descriptions techniques et théorie, qui enchantera et fera réfléchir.


Créer le réel, hypnose et thérapie, Éditions du Seuil, 1998

LIRE; mai 98 Critiques documents

A quoi sert l'hypnose ? (extrait)

Dans Créer le réel, Thierry Melchior, thérapeute de l'école de Milton Erickson, brosse une sorte d'état des lieux de cette pratique trop souvent boudée : ses origines, sa nature, ses indications. L'hypnose éricksonienne a donné naissance à de nouvelles formes de thérapies, se distinguant de la psychanalyse par le fait qu'elles ne prétendent pas expliquer l'origine du symptôme; elles se contentent d'agir sur lui. L'hypnose est de ce point de vue, très utile. Ces thérapies délaissent le champ de l'interprétation pour investir celui de l'efficacité curative.
C'est un livre très convaincant où l'hypnose démystifiée se trouve rationnellement décortiquée; une sorte de bible de l'hypnothérapeute.
Ariane Poulantzas


Créer le réel, hypnose et thérapie, Éditions du Seuil, 1998

"CH-Hypnose", octobre 1998

Imaginez-vous un lac suisse bordé de collines. Au fond, les Alpes, masse grise tachetée de blanc. Un ciel bleu sombre, quelques cumulus. J'ai fui un congrès où on nous assène des vérités et des statistiques pour m'embarquer sur le premier bateau venu. Assis à la poupe, je prend le temps d'écrire ces lignes sur le livre remarquable de Thierry Melchior : "Créer le réel, hypnose et thérapie" .
Dès le début, dans la préface d'Isabelle Stengers, on est prévenu : il s'agira d' "ouvrir la possibilité de penser la psychothérapie sans référence à un savoir sur lepsychisme dont devrait pouvoir se déduire les principes de toute intervention thérapeiutique" (p. 10). Voilà qui est provocateur à une période où tout doit être mesuré, décortiqué, analysé en vue d'une preuve d'efficacité "scientifique". Tout de suite certains penseront : "Encore une oeuvre de constructivistes solipsistes qui nient toute possibilité d'objectivation". Or, c'est justement le travers qu'évite ce livre dont le "centre d'objectivation" est la pratique thérapeutique : "Elle (l'approche constructiviste) mène au contraire à une pratique d'évaluation qui constitue en elle-même une forme d'éthique : c'est l'"éthos" de la construction, c'est-à-dire la manière dont cette construction se rapporte à ceux qu'elle concerne, comment elle les fait tenir, sa portée et ce qu'elle engage, qui prime." (p. 12).
La rigueur de la pensée de Thierry Melchior se dévoile tout d'abord dans le découpage de son livre. Après un permier chapitre sur l'historique de l'hypnose, on passe aux théories hypnotiques. Je relèverai dans ce chapitre le passage sur l'"effet Rosenthal" qui me paraît central dans l'optique de tout ce livre. Rosenthal a montré que les croyances des instituteurs relatives au niveau des enfants qui leurs sont confiés vont se vérifier, car leur croyance semble induire un comportement complémentaire chez les enfants. Les classes réputées faibles vont devenir faibles et inversément, bien que les tests au départ ne mesurentpas de différence. "Dans ce genre de processus où des croyances ont des effets sur le réel, il est parfaitement impossible de décider si on est dans le domaine du réel ou de l'artificiel, de la vérité ou de l'illusion" (p. 65). Le rapport entre réalité et illusion est ébranlé : "on est ainsi amené à penser leurs rapports moins comme une dichotomie que selon la topologie d'un anneau de Moebius" (p. 65). Or, pour Thierry Melchior, l'essence de l'hypnose n'est pas la transe, mais justement de sans arrêt susciter ces controverses : "L'alternative n'est pas le pure Vérité ou la pure Illusion, la quête du Sens ou l'exercice du Pouvoir. Ce dont il s'agit, pour le thérapeute, c'est de co-construire, avec le patient, sans chercher à les lui imposer ex autoritate, des significations nouvelles dont on ne saura sans doute jamais avec certitude si elles sont vraies, mais qui ont en tout cas l'ambition d'ouvrir le champ des possibles" (p. 25). "Tout se passe comme si l'induction fonctionnait comme une invitation à différer, à produire un écart par rapport au comportement global qui est le sien dans l'état réputé normal ou ordinaire".
Mais ce livre ne replace pas seulement l'hypnose de manière pertinente au plan théorique. Il est éminemment pratique dans les deux chapitres suivants : "L'induction de la transe" et "la rhétorique hypnotique" , analysant les formulations des suggestions de manière très concrète, rigoureuse et précise. Les connaissances philosophico-linguistiques de Thierry Melchior prennent ici toutes leurs valeurs. Elles se développent encore dans le chapitre clé : "Langage, réalité, imaginaire" .
Les autres chapitres s'intitulent : "Les phénomènes hypnotiques", "Théorie communicationnelle de l'hypnose" , "Les principes thérapeutiques" et pour finir "Les technique hypnothérapeutiques" .
Une des grandes qualités de ce livre est d'être "pluriel" (c'est à la mode, je le sais !), c'est-à-dire que Thierry Melchior, dans la majorité de ses chapitres expose le point de vue et les techniques d'auteurs très divergents, en distille la pertinence, critiquant ce qui est obsolète. Par exemple, dans le chapitre induction, il commence par faire la liste des indicateurs de l'état de transe "généralement admis" pour relever que la notion d'état de transe néglige l'aspect relationnel de l'hypnose avec son caractère théâtral, ostentatoire. Il relève également : "parler de la profondeur de la transe, n'est en fait qu'une métaphore" . Mais il est important que le thérapeute se soucie de favoriser une hypnose "profonde" dans le sens que le patient puisse faire l'expérience d'une différence, de cet autre qu'est l'hypnose.
Ce livre comble une grande lacune dans le monde francophone. Jusqu'à présent, dans mes cours, j'étais emprunté à recommander des ouvrages, soit trop éricksoniens ou trop classiques ou trop simplificateurs. Et s'il vient relativement tard, je pense qu'il dépasse même en qualité ses prédécesseurs du monde anglo-saxon.
Sur mon bateau le paysage a changé. Au début, coincé entre les collines, le champ de vision était limité, puis le paysage s'est ouvert, révélant de nouvelles formes, de nouvelles perspectives. Un sentiment contemplatif s'installe, une sorte de libération. C'est un peu ce que j'ai éprouvé en lisant ce livre. N'est-ce pas cette ouverture, ce sentiment d'autonomie où l'on ne se sent pas coincé dans une théorie, dans un schéma qui est propre à toute thérapie pertinente ?
Merci Thierry Melchior.

Dr Claude Béguelin, Psychiatre, Rédacteur responsable de CH-Hypnose (la revue suisse des professionnels de l'hypnose), Membre du Bureau de la Société Européenne d'Hypnose


Créer le réel, hypnose et thérapie, Éditions du Seuil, 1998

"Le Journal des Psychologues", mai 1998

Psychologue au service de Santé mentale de l'Université libre de Bruxelles, Thierry melchior a travaillé dans une optique psychanalytique avant de s'intéresser à l'hypnose et à la thérapie éricksonienne. Il nous propose ici un ouvrage que traversent plusieurs fils rouges.
Avant de démystifier les différents préjugés concernant l'hypnose thérapeutique, souvent confondue avec une "hypnose de music-hall", l'auteur s'attache à mieux faire connaître Milton H. Erickson (1901-1980). "Thérapeute hors du commun" - pour reprendre le titre de la biographie que lui a consacrée Jay Haley -, Milton H. Erickson fut aussi un homme exceptionnel : atteint à dix-sept ans par une polyomyélite qui le laissa paralysé, il apprit en un an à remarcher avec des béquilles en pratiquant des techniques d'observation et d'autosuggestion. on peut le considérer comme le fondateur - inclassable - de tous les courants de thérapies brèves, paradoxales, "orientées solution", et ceci du fait des encontres (Bateson, Watzlawick, Rossi, etc.) que suscita le "rayonnement" de son travail.
Autre fil rouge, très polémique, la question de la suggestion en tnérapie. Pour Thierry Melchior, il n'existe pas de thérapie sans suggestion. Et comme il connaît particulièrement bien l'histoire et la technique pasychanalytique, il expose en quoi la cure analytique a toujours fonctionné sur la suggestion, même si les analystes affirment le contraire. Une démonstration brillante et qui pourrait renouveler de passionnants débats.
L'auteur questionne également les pratiques thérapeutiques interprétatives. Sur quoi s'appuyer pour affirmer qu'une interprétation est plus vraie qu'une autre, mais aussi et surtout en quoi l'interprétation est-elle utile au changement ? Pout Thierry Melchior - comme pour tous les tenants des thérapies "orientées solution" -, interprétation et changement vont en sens inverse. Il s'en explique et expose les principes d'une thérapie qui se refuse à explorer les déficits (réels ou supposés) du patient et met au contraire l'accent sur les ressources. Pratiques et techniques permettant de créer des contextes favorables au changement (recadrage, reparentage,métaphores et tâches thérapeutiques, etc.) sont ensuite longuement décrites ainsi que la déontologie qui doit nécessairement les soutenir.
Il resterait beaucoup à dire sur un ouvrage qui analyse la rhétorique hypnotique - proférence, indirection, présupposition - d'une manière qui intéressera tous les praticiens pour qui la parole est au coeur du travail thérapeutique.
Isabelle de Vigan


Créer le réel, hypnose et thérapie, Éditions du Seuil, 1998

"Actua-Psy", Nov. Déc. 1998, rubrique "Livres"

Analyse très détaillée, synthèse et développement extrêmement précis et remarquablement commentés de toutes les approches thérapeutiques de l'hypnose connues à ce jour. Véritable thèse sur tout ce qui a pu être exploré dans ce domaine depuis Mesmer, Charcot, Freud, Janet et Bernheim, jusqu'à l'hypnose contemporaine à l'instar de Milton Erickson. Celui-ci, reconnu comme le fondateur de l'hypnose moderne, a démontré tout au long de ses expériences thérapeutiques comment le phénomène hypnotique favorise le changement. L'auteur, psychologue belge, fondateur de la Société Belge d'Hypnose, dans un esprit très scientifico-philosophique, décrit les différences et les effets de l'hypnose autoritaire classique médicale et de l'hypnose éricksonienne. Démontrant avec beaucoup de subtilité le lien entre ce phénomène naturel qu'est l'hypnose et les différentes formes de communication, il met à jour de façon rigoureuse les effets plus ou moins bénéfiques de l'hypnothérapie suivant la manière dont elle est réalisée. Tout en s'interrogeant sur la réalité du phénomène hypnotique et la relativité "des mots pour le dire", il offre un ouvrage de plus de 500 pagesd'une profonde richesse de réflexion pour les praticiens de cette approche subtile qu'est l'hypnose éricksonienne et pour tous ceux qui s'y intéressent.
Marie-Lucie Pointel


Créer le réel, hypnose et thérapie, Éditions du Seuil, 1998

The Milton H. Erickson Foundation "NEWSLETTER", Autumn 2002


FOREIGN BOOK REVIEW Vol. 22, No. 3

Creer le reel. Hypnose et Therapy
Ed Seuil La Couleur des Idees
by Thierry Melchior

Published in 1998, Thierry Melchior's Creer le reel: Hypnose et Therapy shows the development of hypnosis in Europe. A comprehensive presentation of hypnosis and brief therapy, it provides a reflection about the role of language and communication in the development of hypnosis.

The core chapters of the book are six and seven. After presenting a brief summary of hypnosis, from Mesmer to Milton Erickson, the author develops a theory of hypnosis as a model of communication and the relation between language, reality and imagination.

Melchior's ideas are intriguing. What is a suggestion? Is it a description of what is happening? Or of what is going to happen? Or could it be what J. Austin named a "Performatif" an act in itself done only through words, as in, "I now pronounce you man and wife?" If communication is already an act of hypnosis, does the therapist need to declare that he is working with hypnosis?

Melchior reminds us that in hypnosis, there can be more than two people involved. In fact, he describes at least 23 possible ways to have a dialogue between the therapist and the patient. Among them are: Who the patient will be? Who the patient was? Who the patient wants to be? Who the patient didn't want to be? Or, what he calls a "partial destinataire"—the patient's body or part of the patient's body? All different relationships and inter-relationships are possible.

Readers are invited not only to practice hypnosis but to reflect upon their practice. In a sensible and intelligent way, he opens new doors for the reader, mixing philosophy, psychoanalysis, linguistics, theory and practice.


Reviewed by: Gerard Fitoussi, M.D. Las Vegas, NV
Copyright © 2002 The Milton H. Erickson Foundation

Créer le réel, hypnose et thérapie, Éditions du Seuil, 1998

 

 

On trouvera une discussion d'un certain nombre d'idées qui sont exposées dans Créer le réel dans les ouvrages suyivants :

Dans Hypnose, Langage et Communication (Sous la dir. de D. Michaux, Éd. Imago, 1998), François ROUSTANG discute la théorie des opérateurs métonymiques (conception communicationnelle et constructiviste de l'inconscient).

Dans Il suffit d'un geste , Odile Jacob, 2003), Fr. ROUSTANG discute de ma conception de l'hypnose comme signifiant vide.

Isabelle STENGERS discute de l'approche communicationnelle de l'hypnose dans L'hypnose entre magie et science (Empêcheurs de penser en rond, 2002).




Il est possible de commander en ligne, notamment à la libraire Green Ligne : SATAS .

Sur le net, il devrait également être disponible à la FNAC , à Amazon, et à Alapage ...


Ce livre contient l'essentiel de ce qui fait l'objet du Premier Module de la Formation en hypnose et thérapie brève organisée par Thierry Melchior (pour les professionnels de la santé et de la santé mentale).

 

 

Aller en haut


La couverture de la première édition de Créer le réel...